Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/01/2009

Subvention chauffe-eau solaire CLAPIERS

7b8827b41cab26d666e4d2e11c35ca59.jpg

La municipalité de Clapiers a annoncé la mise en oeuvre en 2009 d'une subvention municipale pour l'équipement des résidents clapiérois en chauffe-eau solaire, à hauteur de 150€ pour un foyer de 1 ou 2 personnes et de 300€ pour un foyer plus important, soumises à des tas de conditions d'équipement, de ressources, etc. et a organisé ce jour une réunion publique à laquelle j'assistais.
Mon avis sur la question:
- sur le fond, la solution chauffe-eau solaire , qui présente l'inconvénient de ne produire et de n'économiser que ce que l'on consomme , et même présente des risques en été en cas d'inoccupation prolongée du logement du fait de la surchauffe des circuits (les solutions techniques sont dans ce cas de dissiper la chaleur à energie perdue dans le jardin ou sur le toit, avec surcoûts!) est en termes écologiques , si l'on raisonne en coût d'investissement (avant aides ou crédit d'impôt)/ Kwh économisés ou produits, moins performante que le photovoltaïque. Une installation en chauffe-eau solaire coûte environ au minimum 5000€ TTC pour une installation minimale, 6000 à 7000€ TTC pour une intallation plus importante. Elle économise au maximum dans nos régions 70% de l'énergie nécessaire au chauffage de l'eau sanitaire (500 Kwh maxi par an et par personne si comportement économe en eau: douches et pas eau-chaude, etc...) Soit 700kwh pour deux personnes alors qu'une installation photovoltaïque de 7000€TTC permet dans nos régions de produire 1300Kwh par an...
- dès lors la solution chauffe-eau solaire trouve plutôt sa "niche" dans le cas de logements avec installation collective, et pour des résidents individuels dans le cas de familles nombreuses ou avec beaucoup d'occupation en été (famille, etc...)-
- le photovoltaïque présente par contre l'immense avantage de déverser son électricité sur le réseau, que vous soyez là ou non, sans énergie perdue.
- dans ces conditions, la subvention municipale de 150€/300€ ne présente pas d'accès "déclencheur" , vu sa modicité , par rapport au coût de l'investissement, elle a pour corrolaires "des frais de gestion importants", vraisemblablement supérieurs au montant même de la subvention! Elle n'aura à mon avis qu'un effet "d'aubaine" pour les clapiérois déjà intéressés, qui ne vont pas se priver bien évidemment de la demander , mais pas vraiment d'effet sur la production d'énergies renouvelables à Clapiers. Que le budget municipal ne permette pas un effort plus important , soit, mais à mon avis, alors, les fonds y consacrés seraient mieux utilisés dans des actions de communication sur les énergies renouvelables de TOUTE NATURE (salons ouverts aux professionnels , conférences , etc... ) que dans ce dispositif de subventions en direction du seul chauffe-eau solaire (déjà subventionné par ailleurs par la région LR à hauteur de 400€ alors que cette région a limité par contre sa subvention au photovoltaïque aux seuls smicards, soit en pratique à presque personne vu le niveau de l'investissement demandé).
- Je ne veux surtout pas, dans ce discours, me faire l'avocat du seul photovoltaïque. Je pense même, que compte tenu des conditions actuelles et des dernières mesures, le photovoltaïque n'a pas raisonnablement besoin de mesures d'aide publique supplémentaire (voir nos nos autres articles), compte tenu de sa rentabilité FINANCIERE très supérieure . Sur le chauffe-eau solaire, une aide plus significative, mais ciblée uniquement sur les familles nombreuses ou installations collectives pourrait avoir sa justification.
- Je pense au contraire qu'en matière d'énergies renouvelables, il faut "faire feu de tout bois" ( et dans ce domaine, la mise en EXPLOITATION de la forêt de Clapiers de 400 Ha, actuellement en risques d'incendie car non débroussaillée ni entretenue serait une piste à suivre!)

Commentaires

vous parler des surchauffe dans le chauffage solaire certainement, mais une installation dimensionnée pour l'eau chaude solaire en fonction du nombre de personnes au foyer est conçue pour bien passer ces périodes estivales.
De plus les nouveaux procédés autovidangeables évitent totalement les surchauffe durant les périodes d'innocupation. la filière est bien au point avec une durée de vie du CESI de 25 ans minimum avec un entretien courant.
je remarque que les personnes qui optent pour l'eau chaude solaire investissent dans un matériel robuste qui les rend autonome dans l'achat d'énergie et investissent dans un produit écologique pour l'eau chaude, le bon sens surtout pour notre région.

finalement en faisant le compte des aides de clapiers, de la région, du crédit d'impôt, des fournisseurs d'énergie ( CEE, par exemple GDF donne environ 60 €)
on peut arriver à un prix posé de 2 800 €.

on ne pose pas un CESI pour la rentabilité à court terme, bien que... savez vous qu'en dix ans le prix des énergies a doublé et cela va crescendo inexorablement.

encore un effort de la part des fabricants à faire pour atteindre le prix psychologique des 1500 € posé.
pour les 7000 € en PV ( photovoltaique) en pratique les tarifs minimum sont bien supérieurs et inversement proportionnels aux Kwc posés ( plus on en pose moins le KWc est onéreux)
avec tout ce qui nous tombe sur la tête les mentalités commencent à changer, dépéchons nous il y a urgence pour changer nos mode de vie, ça chauffe !
Pierre

Écrit par : chalumeau | 02/03/2009

Bonsoir Monsieur Chalumeau
Dans cet article, je ne faisais que me placer sur le plan ECOLOGIQUE (avant aides) et sur ce plan je maintiens que l'installation photovoltaïque est plus favorable que l'installation de chauffe-eau solaire. Certes, les dispositifs de chauffe-eau solaire permettent (avec un surcoût)d'éviter la surchauffe en été grâce à une "décharge" de l'énergie produite dans le sol, mais franchement, produire de l'énergie pour la gaspiller ensuite, est-ce bien écologique? Le photovoltaïque échappe totalement à ce problème.
Donc il convient (à mon avis) de se placer sur le terrain de l'investissement nécessaire avant aides, et de déterminer ensuite quelles filières ont besoin d'aides supplémentaires communales.
Sur le plan des coûts, je maintiens, persiste et signe, expériences à l'appui que le photovoltaïque tourne autour de 7000€ TTC par 1000 Kwc installé.
Sur le plan des aides, j'ai bien précisé que la solution chauffe-eau solaire m'apparaissait pouvoir malgré tout être aidée par la commune (bien que très largement déjà, y compris par la région, ce qui n'est plus le cas du photovoltaïque réservé aux smicards) , mais uniquement pour les familles nombreuses ou immeubles collectifs.
Pour les autres, cette aide communale, qui ne déclenchera pas de toute façon à son niveau actuel la décision de projet, ne m'apparaît être qu'une annonce politicienne et mal choisie par rapport à d'autres mobilisations des finances communales en faveur des énergies renouvelables.
Bien cordialement
Yves PACCOU, responsable de ce site

Écrit par : Yp | 03/03/2009

bonjour Monsieur PACOU,
ne le prenez pas mal mais vous confondez eau chaude solaire et chauffage solaire, Kwc et Wc. attention aux confusion techniques vers vos interlocuteurs.
il faut reconnaitre que ces notions ne sont pas simples quand on rentre dans le détail.

il n'y a jamais de décharge dans le sol pour le chauffe eau solaire et c'est bien un ratio de 7000 € ttc pour la pose de 1 Kwc. il n'y a rien de grave mais je vous ai écris pour clarifier la chose. j'habite montpellier et je n'ai aucun intérêt dans la commune de clapiers et ses choix de financement
en tout cas j'ai l'impression que vous en avez gros sur le coeur sur la mairie de clapiers.vous avez peut être raison.
je suis tombé par hasard sur votre site en cherchant une info sur la prime solaire de clapiers.

Mais, réellement, je ne suis étonné qu'il y ai encore des personnes responsables comme vous qui ne défendent pas l'installation de chauffe eau solaire et sont a l'opposé du discours des point INFO plus au courant des techniques solaires comme par exemple le GEFOSAT.
heureusement le CESI et le PV deviendront une évidence dans l'habitat dans la RT2012.
c'est une urgence énergétique au delà des polémiques communales.
cordialement
Pierre

Écrit par : chalumeau | 05/03/2009

Monsieur CHALUMEAU
1) Pas du tout, je ne suis pas ignare, et ne confond pas chauffe-eau solaire et chauffage solaire, (pour les Wc et Kwc , vous faites tout un scandale pour une faute de frappe dans ma réponse, Ok 7000€ pour 1000Wc, comme indiqué dans l'article! ). L'article ne concerne d'ailleurs que le chauffe-eau. Et je maintiens, cela ayant d'ailleurs été confirmé lors d'une réunion publique à Clapiers sur le dispositif municipal par le représentant des artisans (CAPEB) que le dispositif de chauffe-eau présente des risques de surchauffe en été si la consommatiion du logement en été n'est pas à la hauteur de la production d'eau chaude évidemment majorée à cette période. D'où existence de dispositifs permettant de vidanger l'eau chaude dans le sol.
2) Je n'ai rien contre l'installation de chauffe-eau solaire, je défends toutes les initiatives en faveur d'énergies renouvelables. Simplement, je fais remarquer qu'une aide municipale, assez dérisoire par ailleurs ( et donc sans intérêt déclenchant) , n'est pas , et de loin, sur le plan écologique , la plus opportune sur le chauff-eau solaire. Le PV, puisque vous confirmez mes chiffres après les avoir contesté dans un premier temps, est avant aides,un investissement plus écologique. Pour le chauffe-eau solaire, j'ai écrit qu'une aide pouvait être envisagée, mais en la ciblant, avec un montant plus élevé, sur les familles nombreuses et les logements collectifs.

Comme vous déformez mes propos, je ne répondrai plus désormais à vos commentaires.
Bien solairement à vous.
Le responsable du site.

Écrit par : YP | 05/03/2009

Les commentaires sont fermés.